Rendre public du code sous licence libre écrit dans le cadre de l'entreprise

Rédigé par Carl Chenet - -

Rendre public du code source sous licence libre paraît aujourd'hui accessible à n'importe quelle entreprise. Un compte Github, un blog pour faire la promotion du code en question et le tour est joué. Pourtant, vous seriez bien en mal de citer une société française dont le compte Github ou la forge logicielle publique apparaît connue et utilisée (n'hésitez pas à nous contredire dans les commentaires). Alors qu'à l'inverse le compte Github de Facebook, de Netflix, de Cloudflare et bien d'autres . L'innovation seule explique-t-elle ce manque de retour à la communauté du Logiciel Libre et opensource des entreprises qui utilisent pourtant massivement les projets issues de cette communauté ?

La réponse tient plutôt à l'organisation hiérarchique actuelle des entreprises françaises. À moins de bénéficier d'un flou artistique permettant aux velléités de libération de code du service informatique de s'exprimer, le plus souvent un accord explicite est demandé à la hiérarchie. Et c'est là que les problèmes commencent.

En effet la libération de code source est souvent identifiée comme un problème de propriété intellectuelle et la question est en général remise au service juridique. Qui par défaut et en l'absence d'ordre direct de sa propre hiérarchie, refusera tout mouvement de libération de code source, protection du "bien de l'entreprise" assortie de fortes représailles pour les contrevenants. Et qui bien sûr service juridique qui se fera le plus souvent un malin plaisir à ne pas essayer de comprendre ce que le service informatique essaie d'expliquer.

Et bien sûr, la boucle est bouclée. Personne n'a pris de risque, tout le monde a fait son travail, le code reste la propriété inaliénable de l'entreprise. Et pourtant l'entreprise est assise sur une mine d'or. À la fois en terme d'innovation technologique qu'elle peut valoriser médiatiquement, mais aussi en terme de recrutement, où être dans une dynamique d'ouverture à la communauté va permettre d'exposer les travaux en cours, d'attirer les contributions extérieures, de motiver la communauté concernée à résoudre le problème et enfin de faire venir des gens réellement motivés par les projets sur lesquels ils vont travailler. Mais bien sûr, comme toute grande décision d'entreprise, cela nécessite l'engagement et la compréhension de toute l'entreprise à la démarche adoptée.

Et c'est là qu'intervient, mais cette fois-ci de manière bénéfique, le service juridique. Vous avez besoin de définir précisément la licence de libération de vos projets. Double licence, GPL, licence plus permissive... une groupe de travail entre le service juridique et le service informatique permettra de définir les différents points vous permettant de libérer efficacement le code de vos projets pour une ré-utilisation la plus efficace possible par le grand public.

La licence GPL, dite contaminante, contre la licence BSD, beaucoup plus permissive

Tout ça, c'est très bien, mais vous ? Que faire à votre échelle ? Il est évident que si l'organisation n'est pas en place au moment de votre arrivée, il va quasiment impossible de réaliser un changement de cette ampleur sans un fort appui de votre hiérarchie. S'll s'agit pour vous d'un point non négociable, lors de votre entretien d'embauche, il est nécessaire d'aborder directement ce point avec votre supérieur hiérarchique. 99% du temps, prenez la réponse "c'est prévu ça arrive" pour un "non".

Si ce point est pour vous négociable et que vous sentez la possibilité d'une évolution prochaine, préparez-vous à un combat de longue haleine. Mais dans tous les cas, l'appui de votre hiérarchie sera l'élément essentiel dont vous ne pourrez pas vous passer pour libérer du code au nom de votre entreprise.

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Les offres de télétravail en France avec du Logiciel Libre et opensource

Rédigé par Carl Chenet - -

Chez LinuxJobs.fr, nous avons été plusieurs fois sollicité au sujet du télétravail dans les annonces d'emplois que nous publions, via les réseaux sociaux comme le compte Twitter ou le compte Diaspora* de LinuxJobs.fr ,. Nous avons pensé qu'un tour d'horizon et qu'un point sur la situation du télétravail en France pour la communauté du Logiciel Libre et opensource répondraient à de nombreuses questions qui nous sont régulièrement posées (continuez, on adore ça :)

Les métiers de l'informatique sont, au contraire d'un bon nombre d'autres métiers, un domaine d'activité où l'organisation et les outils permettent le télétravail. Que l'on soit développeur, administrateur système ou chef de projet, l'ensemble des tâches journalières de notre métier peuvent être effectuées à distance.

Pour prendre le cas particulier de la communauté du Logiciel Libre et opensource, l'idée de la décentralisation a toujours été très présente dans la façon de travailler des différents acteurs de cette communauté. La façon de travailler a bien sûr évolué avec la capacité des outils à gérer la décentralisation, mais n'importe quel projet du Logiciel Libre impliquant plusieurs acteurs est en général un bon exemple de l'inutilité de la centralisation dans un projet logiciel.

Opposé au monde décentralisé du Logiciel Libre et opensource, le monde de l'entreprise s'avère très hiérarchique et centralisé en général.

Beaucoup de sociétés américaines ont aujourd'hui pris conscience du gain apporté par le fait de travailler à distance, que ce soit pour l'entreprise qui peut gérer ses locaux au mieux et assurer un travail quasi continu sur ses produits en choisissant des collaborateurs dans différents pays, comme pour le salarié qui peut trouver un emploi correspondant davantage à son style de vie, en économisant au passage les temps de transport. L'attrait de rester chez soi et d'être dans un environnement plus agréable que la moyenne des locaux d'entreprise est aussi un argument-massue.

En France, le télétravail entre en confrontation frontale avec le modèle traditionnel de la hiérarchie des entreprises. Fortement centralisée et hiérarchisée, souvent avec de nombreux paliers hiérarchiques, considérés par les pro-télétravail comme autant de freins à l'agilité, la méfiance est encore très forte envers la pratique du télétravail, que le management traditionnel considère comme un moyen pour le salarié ou le prestataire d'échapper à la surveillance de son chef.

Les offres de télétravail sont donc globalement rares dans les entreprises traditionnelles. Si c'est un critère décisif pour vous, il faut donc s'intéresser avant tout à des offres annonçant le télétravail dans le corps de l'annonce, car en général le recruteur sait lui aussi que cela va représenter un attrait important pour son annonce sur les sites d'emplois et les réseaux sociaux. Et attention aux promesses de télétravail dans un futur proche, elles ne se réalisent que très rarement.

Il en va très différemment pour les startups, qui profitent à fond des avantages offerts par le télétravail à l'employeur. Les startups sont également des grands utilisateurs du Logiciel Libre. Tout d'abord les économies réalisées grâce à la réduction de la tailles des locaux, voire leurs suppressions. La pratique du coworking et le fait de louer des salles de réunion de façon ponctuelle pour que toutes les personnes d'une startup se retrouvent régulièrement se sont fortement accélérés ces dernières années. Le deuxième effet fort pour l'employeur est d'utiliser l'argument du télétravail pendant la phase de recrutement. De plus en plus de personnes sont à la recherche de ce type de postes, les grandes entreprises le proposent peu, ce qui pemet aux startups de débaucher des talents grâce à la pratique du télétravail. Enfin les startups qui offrent un service en ligne continu peuvent recruter dans différents pays, afin d'assurer un roulement continu de leurs salariés pour s'assurer de la disponibilité du service, là où le cadre légal de l'astreinte est légalement très contraignant en France.

Quelques entreprises font figure de pionniers, comme 37signal (aujourd'hui Basecamp), créateurs du framework Ruby on Rails et auteur de l'outil d'organisation pour les entreprises Basecamp. Le fondateur de cette entreprise a écrit un livre considéré aujourd'hui comme un quasi manifeste pour le télétravail en entreprise : Remote. À lire absolument si vous êtes créateur d'entreprise intéressé par le télétravail.

Si vous recherchez un format de télé-travail beaucoup plus ponctuel, disons un jours par mois, la pratique est de plus en plus acceptée. Panne de réveil, pas envie d'affronter les transports en commun, beaucoup de chefs dans l'informatique sont de plus en plus coulants sur une utilisation très ponctuelle du télétravail servant leur intérêt (le salarié reste disponible alors qu'il se serait absenté avant). Si vous êtes intéressé par ce type de télétravail, il est donc nécessaire d'aborder le sujet au plus vite avec le recruteur ou votre futur responsable.

Pour conclure, les offres de télétravail dans le Logiciel Libre et opensource ne sont pas nombreuses aujourd'hui en France. La solution évolue lentement dans les entreprises traditionnelles, plus rapidement dans les startups qui poussent le mouvement, profitant à fond des différents avantages du télétravail pour l'employeur et l'employé, mais les autres entreprises restent attachées à leur modèle d'organisation historique, ce qu'on peut comprendre quand il a été jusqu'ici pour elles un succès. Si le télétravail est devenu pour vous un élément non-négociable, nous vous encourageons à explorer le tissu des startups qui se crée depuis quelques années. S'il s'agit pour vous d'un agrément que vous aimeriez bien pratiquer de temps à autre, il faut vous assurer de l'existence de cette pratique dès l'entretien d’embauche et ne pas vous fier aux promesses d'éventuelle mise-en-place "dans l'avenir" que l'on pourrait vous faire miroiter.

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

Interview de LinuxJobs.fr par le site J'aime les startups

Rédigé par Carl Chenet - -

Un rapide billet pour signaler avec un peu de retard la présentation de LinuxJobs.fr sur le site J'aime les startups, site dont l'objectif est de présenter chaque jour une nouvelle startup.

Il est abordé l'histoire et les objectifs de LinuxJobs.fr, le concept, les moyens mis en œuvre et les décisions prises sur l'avenir du projet.

C'est clairement le bon article si vous vous posez des questions sur LinuxJobs.fr. Le projet est toujours jeune et certains points peuvent encore évoluer mais l'article donne de bonnes pistes sur ce qu'est et veut devenir LinuxJobs.fr. N'hésitez pas à poser vos questions directement dans les commentaires de l'article ou dans les commentaires ici-même !

De nouveau l'article en question : LinuxJobs.fr sur J'aime les startups

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

De la difficulté de trouver le bon emploi dans le Logiciel Libre et opensource

Rédigé par Carl Chenet - -
  • "Bonjour je cherche un devops full stack pour mon client "
  • "Quel stack ?"
  • "Heu... full stack"
  • "... Pour travailler sur quel langage ?"
  • "C# "
  • "Je cherche dans le Libre ou l'opensource. Vous avez lu mon CV ?
  • "Oui, il est indiqué devops full stack"

Trouver le bon emploi dans le Logiciel Libre et l'opensource peut se révéler difficile pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Les postes semblent nombreux mais le monde de l'informatique est vaste, très vaste. Le choix des technologies est important et nous restons humains, donc nous limitons nos connaissances à un ensemble restreint de ces technologies. Ce que beaucoup de recruteurs ont l'air d'avoir du mal à comprendre et à juste titre car quand on voit la vitesse à laquelle défilent les nouvelles technologies dans chaque domaine, il y a de quoi imaginer qu'il est simple d'en maîtriser beaucoup. Ce qui est une grave erreur de jugement. Malheureusement, au niveau des postes demandés où ces technologies sont déjà en production, on a souvent besoin d'un ensemble de technologies assez large. Il est donc commun d'avoir de nombreux côtés obscures dans les postes que le candidat finit par accepter, de guerre lasse.

Loin de moi l'idée de lancer la pierre aux recruteurs qui font ce qu'ils peuvent. Mais il est certain que lorsqu'une personne très technique est contactée par une autre pas ou peu technique dans le cadre d'un recrutement et que cette dernière personne fonctionne comme elle peut, donc souvent par mot-clé à partir du descriptif de poste, cela peut rapidement devenir frustrant pour les deux partis, le candidat qui a l'impression de ne pas être compris, le recruteur qui se sent limité dans sa recherche par la description du poste, très souvent sommaire.

D'où l'émergence ces dernières années de nombreux sites d'emploi de plus en plus spécialisés. D'abord par branche de métier, puis par environnement professionnel comme l'émergence de nombreux sites dédiés aux startups. Mais le problème persiste. Car le domaine des compétences informatiques est vaste, les candidats sont nombreux et on commence souvent par rechercher le mouton à cinq pattes. Ce qui demande temps et ressources pour sélectionner les candidats, ce que n'ont justement pas de très nombreuses entreprises.

Monster.fr, le plus connu des sites d'emplois français généralistes.

Il devient donc indispensable de viser au mieux les candidats dès le départ de la recherche pour le recruteur. Et pour le candidat, quoi de mieux que de se voir proposer des offres s'adressant directement à la communauté technologique et d'idées qu'il partage ?

Le tournant a été opéré il y a plusieurs années déjà aux États-Unis. Des aggrégateurs d'offres d'emploi spécialisés ont fait leur apparition pour offrir à leurs lecteurs un contenu épuré des offres ne correspondant pas à la communauté couverte par l'aggrégateur. On peut citer par exemple l'aggrégateur Python Jobs HQ pour des offres d'emplois relatives au langage Python aux États-Unis. Toutefois il s'agit ici donc d'aggrégateurs très spécialisés.

LinuxJobs.fr s'adresse à la communauté du Logiciel Libre et opensource francophone afin d'offre aux candidats des offres s'adressant uniquement à cette communaute technique et d'idées. De même, LinuxJobs.fr offre aux recruteurs un public spécialisé et répondant aux critères qu'il recherche pour ses différents postes. Clairement du gagnant-gagnant.

Il est donc intéressant pour les candidats et les recruteurs d'exploiter les sites d'emploi appartenant à une communauté précise et/ou de rechercher directement au sein de cette communauté, que ce soit via les sites d'emploi spécialisés ou les moyens de discussion et d'information de cette communauté. Les offres sont épurées et plus précises que sur les sites d'emploi généralistes et on peut imaginer que si l'effort a été fait d'aller s'inscrire dans un effort de recrutement communautaire, les sociétés recrutant dans ce secteur auront une certaine sensibilité à ladite communauté en interne.

Que des bonnes raisons donc de privilégier les médias de votre communauté lors de votre recherche d'emploi.

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

500 abonnés Twitter !

Rédigé par Carl Chenet - -

Le compte Twitter de LinuxJobs.fr, le site d'emploi de la communauté du Logiciel Libre et de l'opensource, a franchi le cap des 500 utilisateurs !

C'est pour l'équipe un grand plaisir de voir que LinuxJobs.fr rencontre son public et est présent sur les réseaux sociaux.

LinuxJobs.fr s'efforce d'être présent là où sont ses utilisateurs, et c'est pourquoi LinuxJobs.fr est également présent sur le réseau social Diaspora*. N'hésitez pas à vous y abonner.

À bientôt sur LinuxJobs.fr,
Carl Chenet - fondateur de LinuxJobs.fr

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun
Fil Rss des articles